RSS

Archives de Catégorie: Critique de livres

Pleine conscience: bouddhisme et christianisme en dialogue

Mon ami Raphaël vient de publier un livre sur le moine bouddhiste vietnamien Thich Nhat Hanh, dans une optique constructive de dialogue avec le christianisme. Peu de livres existent sur cet auteur prolifique et engagé dans un combat pour la paix. Raphael Haas part de grands thèmes présents dans l’oeuvre de Thay (pour les intimes), comme les cinq entraînements à la pleine conscience, qu’il met en rapport avec les textes catholiques officiels afin de dégager des pistes de dialogue entre les deux religions.

Un opus clair et accessible sur un aspect essentiel de la foi: la rencontre avec l’autre.

Blog de l’auteur: Christianisme et Bouddhisme: En faveur d’un dialogue entre les deux religions

Plus d’infos sur le site de l’éditeur: Domuni Press

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 8 octobre 2017 dans Critique de livres

 

Étiquettes : , , ,

René Luneau: « Jésus, l’homme qui évangélisa Dieu »

9782226191007mVoici un excellent petit livre sur Jésus. Bien informé des récentes recherches sur le « Jésus historique » (avec bibliographie), le père dominicain René Luneau dresse un portrait vivant du Nazaréen et du contexte dans lequel il vécut. De belles pages sur la vie « ordinaire », quotidienne, du pays de Jésus montrent combien les préoccupations de la population de l’époque, ses bonheurs et ses détresses, ne sont pas éloignées des nôtres. L’action de Jésus et son message ne se passent pas dans un monde fantasmé, un ailleurs indéterminé, mais.s’inscrivent au cœur du monde réel, concret, comme le furent la poussière sur ses pieds et l’empreinte de ses pas sur les chemins de Galilée. L’accent est mis par l’auteur sur l’humanité de Jésus. Il nous est d’autant plus proche, nous parle toujours, nous interpelle et nous rejoint dans l’ordinaire de nos vies. 

René Luneau puise abondamment dans les quatre évangiles, qu’il cite et auxquels il renvoie. De chapitre en chapitre, suivant un ordre à la fois thématique et chronologique, le grand récit évangélique se déploie au rythme des passages significatifs, sentences, épisodes, paraboles, dont l’auteur offre l’interprétation et le sens théologique profond. Entre continuités, « dissonances et ruptures » avec le contexte religieux juif de l’époque, le caractère révolutionnaire et intemporel de l’enseignement de Jésus est bien mis en valeur. Il nous montre non seulement qui était Jésus, mais qui est ce Dieu auquel il est demeuré fidèle et confiant jusqu’à la mort. « Jésus est ce qui arrive quand Dieu parle sans obstacle dans un homme. » (Jean Sulivan)  Lire la suite>

 
2 Commentaires

Publié par le 8 juin 2015 dans Critique de livres

 

Habemus Deum! Une enquête philosophique sur l’existence de Dieu

lettrine-il ne m’était jamais venu à l’idée qu’un théologien ou un philosophe puisse sérieusement intituler son livre « Dieu existe ». Cela semble bien prétentieux à première vue et n’a pas grand chose à envier au « Pour en finir avec Dieu » (dans l’édition française) de l’athée militant mondialement connu Richard Dawkins et à la science qui « prouve que Dieu n’existe pas » de Victor Stenger (je souligne « prouve »). Pourtant, l’éditeur et la collection qui accueillent l’ouvrage en question n’ont pas coutume de cultiver pareilles extravagances. Je suis piqué de curiosité et décide d’examiner la chose de plus près.

Dieu existeLe sous-titre du livre précise: « Arguments philosophiques ». Formidable, des arguments! Ce n’est pas l’oeuvre d’un illuminé. Et si j’en crois l’épaisseur de l’ouvrage et la densité typographique, il y a de quoi s’alimenter les neurones (« l’homme ne vivra pas de pain seulement… »). Ensuite, « philosophiques »: Dieu merci! La langue de la raison est à l’honneur, un terrain d’entente possible entre croyants et athées. D’ailleurs, pour écarter tout malentendu, la première phrase du livre est on ne peut plus claire: « Ce livre ne parle pas de religion. »

À vrai dire, je n’ai jamais été attiré par le « Dieu des philosophes » et des prouesses cérébrales déployées par ces derniers pour en démontrer l’existence. Trop compliqué, trop théorique, trop abstrait pour moi. Et, de fait, j’imagine que peu sont capables de s’y retrouver en lisant Aristote, Anselme, Thomas d’Aquin, Descartes, Spinoza ou encore Kant en leurs œuvres. Aujourd’hui, les choses se compliquent davantage avec le développement aussi considérable qu’incontournable des sciences. Mais ce n’est pas une raison pour mettre en doute la légitimité d’une telle approche.

– Lire la suite, sans plus attendre>

 
47 Commentaires

Publié par le 7 novembre 2013 dans Athéisme, Critique de livres

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

« Inspiration et Incarnation » 2/2: Évaluation

→ Premier volet de ma critique: « Inspiration et Incarnation » 1/2: Présentation

Note: Cette critique est principalement si ce n’est uniquement basée sur ce que Enns donne à lire dans son livre. Je n’ai pas tenu compte d’autres sources, son livre plus récent The Evolution of Adam ainsi que des articles disponibles en ligne sur son blog et sur le site Biologos, où l’on trouvera des prolongements de différents aspects de sa pensée. Je me suis limité au livre car, d’une part, il constitue sans doute pour la majorité du public chrétien le seul accès à la pensée de Enns, et, d’autre part, j’estime qu’il est de la responsabilité de l’auteur de ne pas rendre nécessaire le recours à des sources complémentaires, à prévenir les confusions et les malentendus, en présentant son propos d’une manière suffisamment étayée et informée. Ajoutons que j’ai moins tenu compte du quatrième chapitre relatif à l’interprétation apostolique de l’Ancien Testament.


SOMMAIRE

INTRODUCTION: UNE DÉMARCHE BIENVENUE

1–3.

L’ANALOGIE INCARNATIONNELLE: SENS ET CRITIQUE

4. Pourquoi l’analogie incarnationnelle?
5. Imprécisions de langage et flous conceptuels
6. Humanité et divinité des Écritures: de quoi parlons-nous?
7. Des catégories christologiques plaquées sur les Écritures

– Lire la suite, il y a matière à réflexion>

 

Étiquettes : , , ,

« Inspiration et Incarnation » 1/2: Présentation

Je dédie affectueusement cet article en deux volets à mes amis du blog Création et évolution, à Benoît qui m’a fait connaître le livre de Enns, à Marc, Bruno, Yannick et les autres, avec qui j’ai toujours le plaisir de discuter et de débattre dans les liens fraternels qui nous unissent en Jésus-Christ.

* * *

SOMMAIRE

INTRODUCTION

1. LE RAPPORT ENTRE L’ANCIEN TESTAMENT
ET LA LITTÉRATURE DU PROCHE-ORIENT ANCIEN

A. Des mythes dans les 11 premiers chapitres du livre de la Genèse
PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

B. Des lois et des proverbes communs aux peuples anciens
PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

C. Le caractère de l’historiographie israélite
PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

2. LA DIVERSITÉ THÉOLOGIQUE
DANS L’ANCIEN TESTAMENT

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

3. LES CITATIONS DE L’ANCIEN TESTAMENT
DANS LE NOUVEAU

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

CONCLUSION

——————–

INTRODUCTION

——————–

Ladae livre de Peter Enns s’inscrit dans une tendance grandissante chez les évangéliques qui entend s’approprier les méthodes et surtout les résultats de la critique biblique. Celle-ci était en effet depuis longtemps et toujours davantage considérée avec méfiance et mépris par les évangéliques, essentiellement conservateurs, car à leurs yeux elle met en péril l’origine divine des Écritures, leur caractère unique et la conviction qu’elles sont la parole révélée et infaillible de Dieu.

Enns - Inspiration and IncarnationPour Enns, le problème ne réside pas dans le fait de croire que la Bible soit la parole de Dieu, mais dans les conditions et les exigences auxquelles certains pensent devoir soumettre une telle affirmation pour qu’elle soit valable. Une des exigences les plus fondamentales et marqueur distinctif du courant évangélique traditionnel (et fondamentaliste) est la doctrine de l’inerrance des Écritures: puisque la Bible est verbalement inspirée de Dieu (chaque mot des manuscrits originaux), il s’ensuit qu’elle ne peut contenir aucune sorte d’erreur (sauf exceptions mineures).

Inévitablement, plus les sciences naturelles (notamment la théorie de l’évolution) et bibliques progressaient, plus cette doctrine se radicalisait et voyait son champ d’application s’étendre toujours davantage. Ainsi, dans l’effort impérieux de sauvegarder la vérité absolue de la Bible, les évangéliques ont été contraints de rejeter, ou de minimiser abusivement selon les cas, des résultats scientifiquement établis et (quasi) unanimement reconnus comme la théorie de l’évolution – Lire la suite, pour découvrir toutes les thèses de l’auteur>

 

Étiquettes : , , ,

“Des comportements divins troublants” 2/2: Appréciation

En donnant mission à l’homme d’après le déluge, à Noé, d’être l' »effroi » des animaux [Gn 9.1-3], Dieu endosse en quelque sorte, entérine, notre violence. Dieu nous a accompagnés en se prêtant à l’image que nos yeux se faisaient de lui: il a pris pour les hommes restés violents le langage et l’image qu’ils pouvaient recevoir; il pratiquait cette douceur, de revêtir lui-même ainsi notre violence en attendant qu’il en soit victime dans la chair de son Fils jusqu’à la mort. 

Paul Beauchamp, cité par  Wénin, p. 65-66

Les remarques et les critiques émises dans cet article se veulent modestes. J’y exprime certaines idées, esquisse des intuitions et des réflexions qui invitent à aller plus loin, sans forcément donner de meilleures explications quand celles de l’auteur sont contestées. Que l’on me pardonne mes longueurs et les obscurités, c’est que nous ne voyons encore les choses que d’une manière confuse (1 Co 13.12).

Pour avoir une idée générale du livre et mieux apprécier la critique qui va suivre, j’invite le lecteur, s’il ne l’a pas déjà fait, à parcourir la Présentation. Read the rest of this entry »

 
 

Étiquettes : , , , , ,

« Des comportements divins troublants » 1/2: Présentation

———————————

Qui n’a jamais été troublé par des passages difficiles de la Bible? Beaucoup. Combien ont su y répondre de manière satisfaisante? Très peu. Que penser des paroles et des comportements violents que nous dépeignent nombre de récits de l’Ancien Testament? Comment les interpréter quand Dieu en est l’auteur ou l’instigateur? Le Nouveau Testament apporte-t-il des solutions à ces questions? Dans son livre, Eric Seibert offre une approche argumentée et honnête des textes problématiques des Écritures, dans le but de nous aider à découvrir quel est le véritable caractère de Dieu. Read the rest of this entry »

 
 

Étiquettes : , , , , ,