RSS

Archives de Tag: historico-critique

« Inspiration et Incarnation » 2/2: Évaluation

→ Premier volet de ma critique: « Inspiration et Incarnation » 1/2: Présentation

Note: Cette critique est principalement si ce n’est uniquement basée sur ce que Enns donne à lire dans son livre. Je n’ai pas tenu compte d’autres sources, son livre plus récent The Evolution of Adam ainsi que des articles disponibles en ligne sur son blog et sur le site Biologos, où l’on trouvera des prolongements de différents aspects de sa pensée. Je me suis limité au livre car, d’une part, il constitue sans doute pour la majorité du public chrétien le seul accès à la pensée de Enns, et, d’autre part, j’estime qu’il est de la responsabilité de l’auteur de ne pas rendre nécessaire le recours à des sources complémentaires, à prévenir les confusions et les malentendus, en présentant son propos d’une manière suffisamment étayée et informée. Ajoutons que j’ai moins tenu compte du quatrième chapitre relatif à l’interprétation apostolique de l’Ancien Testament.


SOMMAIRE

INTRODUCTION: UNE DÉMARCHE BIENVENUE

1–3.

L’ANALOGIE INCARNATIONNELLE: SENS ET CRITIQUE

4. Pourquoi l’analogie incarnationnelle?
5. Imprécisions de langage et flous conceptuels
6. Humanité et divinité des Écritures: de quoi parlons-nous?
7. Des catégories christologiques plaquées sur les Écritures

– Lire la suite, il y a matière à réflexion>

 

Étiquettes : , , ,

« Inspiration et Incarnation » 1/2: Présentation

Je dédie affectueusement cet article en deux volets à mes amis du blog Création et évolution, à Benoît qui m’a fait connaître le livre de Enns, à Marc, Bruno, Yannick et les autres, avec qui j’ai toujours le plaisir de discuter et de débattre dans les liens fraternels qui nous unissent en Jésus-Christ.

* * *

SOMMAIRE

INTRODUCTION

1. LE RAPPORT ENTRE L’ANCIEN TESTAMENT
ET LA LITTÉRATURE DU PROCHE-ORIENT ANCIEN

A. Des mythes dans les 11 premiers chapitres du livre de la Genèse
PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

B. Des lois et des proverbes communs aux peuples anciens
PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

C. Le caractère de l’historiographie israélite
PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

2. LA DIVERSITÉ THÉOLOGIQUE
DANS L’ANCIEN TESTAMENT

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

3. LES CITATIONS DE L’ANCIEN TESTAMENT
DANS LE NOUVEAU

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE

CONCLUSION

——————–

INTRODUCTION

——————–

Ladae livre de Peter Enns s’inscrit dans une tendance grandissante chez les évangéliques qui entend s’approprier les méthodes et surtout les résultats de la critique biblique. Celle-ci était en effet depuis longtemps et toujours davantage considérée avec méfiance et mépris par les évangéliques, essentiellement conservateurs, car à leurs yeux elle met en péril l’origine divine des Écritures, leur caractère unique et la conviction qu’elles sont la parole révélée et infaillible de Dieu.

Enns - Inspiration and IncarnationPour Enns, le problème ne réside pas dans le fait de croire que la Bible soit la parole de Dieu, mais dans les conditions et les exigences auxquelles certains pensent devoir soumettre une telle affirmation pour qu’elle soit valable. Une des exigences les plus fondamentales et marqueur distinctif du courant évangélique traditionnel (et fondamentaliste) est la doctrine de l’inerrance des Écritures: puisque la Bible est verbalement inspirée de Dieu (chaque mot des manuscrits originaux), il s’ensuit qu’elle ne peut contenir aucune sorte d’erreur (sauf exceptions mineures).

Inévitablement, plus les sciences naturelles (notamment la théorie de l’évolution) et bibliques progressaient, plus cette doctrine se radicalisait et voyait son champ d’application s’étendre toujours davantage. Ainsi, dans l’effort impérieux de sauvegarder la vérité absolue de la Bible, les évangéliques ont été contraints de rejeter, ou de minimiser abusivement selon les cas, des résultats scientifiquement établis et (quasi) unanimement reconnus comme la théorie de l’évolution – Lire la suite, pour découvrir toutes les thèses de l’auteur>

 

Étiquettes : , , ,

Lecture: The Jesus Legend (1)

Chapitre premier:

Miracles et méthode.

Les méthodes

historico-critiques

et le surnaturel.

.

Paul R. EDDY & Gregory A. BOYD, The Jesus Legend. A Case for the Historical Reliability of the Synoptic Jesus Tradition, Grand Rapids (Michigan), Baker Academic, 2007. Aperçu sur Amazon.com.

Dans leur premier chapitre, les auteurs affirment, en somme, qu’une lecture réellement critique du Nouveau Testament doit être ouverte au surnaturel et au miraculeux, être critique envers elle-même, et tenir compte de l’expérience globale des sensibilités humaines – passées et présentes, d’ici et d’ailleurs – envers le réel. Read the rest of this entry »

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Wikipédia et critique littéraire

Wikipédia et la Bible ont ce point en commun: ils ont subi des rédactions successives. Dans une source comme dans l’autre il existe des indices, des traces plus ou moins visibles de ces rédactions. La différence est que pour Wikipédia, grâce à un historique qui enregistre chaque intervention, il est possible de vérifier précisément ce qui a été modifié, quand et par qui. Cela devient beaucoup plus délicat avec la Bible. La comparaison des manuscrits offre des résultats limités, notamment sur les questions du « qui » et du « quand », où des incertitudes demeurent. Quant à savoir « comment » et « ce qui » dans un texte est le résultat d’une intervention, les méthodes d’analyse littéraire permettent de le déterminer avec plus de probabilité. Read the rest of this entry »

 
1 commentaire

Publié par le 8 octobre 2010 dans Exégèse

 

Étiquettes : ,

« Dieu obscur. Cruauté, sexe et violence dans l’Ancien Testament »

Le Dieu de la Bible déconcerte; il apparaît souvent sous des traits qui ne coïncident pas avec notre imaginaire collectif: guerrier, tribal, impliqué dans les affaires politiques et militaires, etc. Dans ce livre, Thomas Römer passe en revue une série de ces aspects et nous invite à les comprendre dans le contexte qui les a vu naître, celui du Proche-Orient ancien. Au-delà d’une simple investigation archéologique, Römer rend compte des différentes traditions théologiques qui se profilent au sein de la Bible, tout en proposant quelques pistes de réflexion (p. ex. sur la possibilité de comprendre Dieu). Dans cet exposé, je me suis focalisé sur un aspect, celui du Dieu guerrier dans le livre de Josué. Römer en aborde davantage. La première partie (Les attitudes…) est entièrement personnelle.

***

Les attitudes face au Dieu de l’Ancien Testament

Rejet

Une position typique de ce rejet est celle de Marcion (IIe siècle). L’orientation gnostique de sa théologie reléguait le Dieu de l’Ancien Testament au rang de démiurge, créateur de la matière connotée négativement et cause de souffrance. Par contre, le Dieu que prêche Jésus est le Dieu libérateur, radicalement Autre et au-delà de la création. Marcion ne reconnaissait comme Écritures que l’évangile de Luc et les lettres pauliniennes. Cité par Irénée, Marcion considère que le dieu créateur est « un être malfaisant, aimant les guerres, inconstant dans ses résolutions et se contredisant lui-même »1. Si, pour Marcion, le dieu créateur n’est pas complètement mauvais, il est un dieu pratiquant une justice rigoureusement rétributive, il est anthropomorphique, inférieur, tel qu’il est décrit dans l’Ancien Testament. Read the rest of this entry »

 
6 Commentaires

Publié par le 3 mars 2010 dans Ancien Testament

 

Étiquettes : , , , , , , , ,